Accueil > Consultation psychologue > Psychologue en clinique > Consulter un psy en CMP (Centre Médico Psychologique) à Paris 75

Consulter un psy en CMP (Centre Médico Psychologique) à Paris 75



Consulter un psy en CMP (Centre Médico Psychologique) à Paris 75

Les CMP, ou Centres Médico Psychologiques, constituent un dispositif  qui propose à celles et ceux qui en font la demande ou pour qui cela est indiqué, la rencontre avec un psychologue et le cas échéant un psychiatre. A Paris, en région parisienne mais également dans de nombreuses régions de France, ce dispositif est extrêmement sollicité et n'est pas en mesure de répondre aux demandes des patients. Concrètement, il y a des listes d'attente importantes, et parfois même un refus de suivre certains patients dont les cas sont considérés comme ne rentrant pas dans les critères des CMP.

Récemment, une jeune femme suivie depuis quelques années dans le CMP de son quartier, a retrouvé un travail après une longue période de chômage. Les horaires de ce nouveau travail n'étant plus compatibles avec ceux du CMP, le psychologue qu'elle rencontrait toutes les deux semaines lui a indiqué deux associations où elle pourrait rencontrer un thérapeute. Ces deux associations, également sur liste d'attente, lui ont fourni le numéro de téléphone du SETU? - Service d'Ecoute Téléphonique d'Urgence (01.45.26.81.30), qu'elle a donc appelé et dont j'assurai la permanence à ce moment-là. Le premier rendez-vous a été donné le lendemain et la psychothérapie a pu démarrer.
Nous rappelons que la ligne du SETU? fonctionne, en permanence, 7/7j et 24h/24. Elle fonctionne de même en juillet et en août, sans interruption.
Cette jeune femme a donc trouvé une psychothérapeute avec qui elle pourra s'engager dans une psychothérapie soutenue, à raison de plusieurs séances par semaine, aux horaires qui seront possibles selon son emploi, emploi dont le maintien s'avère un enjeu déterminant pour cette personne. Ce n'est donc pas le moment pour que la psychothérapie batte de l'aile, bien au contraire : au travail !

Face à un tel témoignage, il apparaît nécessaire de rappeler le dispositif mis en place par Fernando de Amorim au RPH, que cette patiente illustre pour nous. L'appel au SETU? est un premier pas. Face à cet appel, le clinicien fait l'offre d'une rencontre, à la Consultation Publique de Psychanalyse (CPP) dont il a la responsabilité. Si l'être accepte, il pourra entrer en psychothérapie, puis en psychanalyse si son désir indique cette voie, et cela se fera selon ses moyens financiers. La visée est alors que l'être qui arrive avec une souffrance devenue insupportable pour lui puisse suivre le traitement par la parole que constituent psychothérapie et psychanalyse et qu'il en sorte en ayant pu résoudre ce qui pour lui constituaient symptômes et souffrances.
Au départ, cette consultation pourra être gratuite si la situation ne permet pas de faire autrement mais il sera demandé, dès que possible, lorsque sa situation sera plus vivable, que le patient règle une somme d'argent pour sa cure. La gratuité n'entre pas dans la logique qui est celle de la psychanalyse de tendre vers une position où l'être se trouve grandi et responsable de son existence.

Dans la même logique, le clinicien qui assure des consultations dans le cadre de la CPP y engage son désir et sa responsabilité : il accepte de consacrer une partie de son activité à ce dispositif et ne reçoit, pour cela, aucune subvention publique ou privée.

Ces années d'expérience du SETU? et de la CPP permettent aujourd'hui à l'équipe de cliniciens du RPH de témoigner de ses effets et de sa réussite, pour les patients et les psychanalysants, et pour les cliniciens qui par ce dispositif, peuvent allier formation et recherche pour faire vivre la psychanalyse.
Le président du RPH sollicite régulièrement les pouvoirs publics pour que cette expérience puisse être étendue, à Paris, en région parisienne et sur le territoire français. Il est de toute évidence urgent qu'il soit aujourd'hui entendu.
Contactez-nous